Les nouveautés du Site

En communauté

Diaporama 2017

 



Prières, Textes

 

Aime-moi tel que tu es (Anonyme)

Prière à Marie (Jean-Paul Hoch)

Prière pour tout passage (Marcel Durrer)

Adore et confie-toi ( Pierre Teilhard de Chardin)

C’est moi l’artiste, dit Dieu

 

 

Aime-moi tel que tu es

« Je connais ta misère les combats et les tribulations de ton âme ; la faiblesse et les infirmités de ton corps ; je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances ; je te dis quand même : "Donne-moi ton cœur, aime-moi tel que tu es".

 Si tu attends d'être un ange pour te livrer à l'amour, tu ne m'aimeras jamais. Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu voudrais ne jamais commettre, même si tu es lâche dans la pratique de la vertu, je ne te permets pas de ne pas m'aimer.

 Aime-moi tel que tu es. A chaque instant et dans quelque situation que tu te trouves, dans la ferveur ou la sécheresse, dans la fidélité ou l'infidélité.

 Aime-moi tel que tu es. Je veux l'amour de ton cœur indigent ; si pour m'aimer tu attends d'être parfait, tu ne m'aimeras jamais. Ne pourrais-je pas faire de chaque grain de sable un séraphin tout radieux de pureté, de noblesse et d'amour ? Ne pourrais-je pas, d'un seul signe de ma volonté, faire surgir du néant des milliers de saints, mille fois plus parfaits et plus aimants que ceux que j'ai créés ? Ne suis-je pas le Tout-Puissant ? Et s'il me plaît de laisser pour jamais dans le néant ces êtres merveilleux et de leur préférer ton pauvre amour !

 Mon enfant, laisse-moi t'aimer, je veux ton cœur. Je compte bien te former, mais, en attendant, je t'aime tel que tu es. Et je souhaite que tu fasses de même ; je désire voir, du fond de ta misère, monter l'amour. J'aime en toi jusqu'à ta faiblesse. J'aime l'amour des pauvres ; je veux que de l'indigence s'élève continuellement ce cri : "Seigneur, je vous aime ». C'est le chant de ton cœur qui m'importe. Qu'ai-je besoin de ta science et de tes talents ? Ce ne sont pas des vertus que je te demande ; et si je t'en donnais, tu es si faible que, bientôt, l'amour-propre s'y mêlerait ; ne t'inquiète pas de cela. J'aurais pu te destiner à de grandes choses ; non, tu seras le serviteur inutile. Je te prendrai même le peu que tu es car je t'ai créé pour l'amour. Aime ! L'amour te fera faire le reste sans que tu y penses ; ne cherche qu'à remplir le moment présent de ton amour.

 Aujourd'hui, je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant, moi, le Seigneur des Seigneurs. frappe et j'attends ; hâte-toi de m'ouvrir. N'allègue pas ta misère, ton indigence, car si tu les connaissais pleinement, tu mourrais de douleur. Cela seul qui pourrait me blesser le cœur, ce serait de te voir douter et manquer de confiance. Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit ; je ne veux pas que tu fasses l'action la plus insignifiante pour un motif autre que l'amour. Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force ; tu m'as donné l'amour, je te donnerai d'aimer au-delà de ce que tu as pu souhaiter. Mais souviens-toi : Aime-moi tel que tu es ! »

Anonyme

 

Prière à Marie

 

« Quand vient pour nous l’heure de la décision, Marie de l’Annonciation, aide-nous à dire « oui ».

Quand vient pour nous l’heure du départ, Marie d’Égypte, épouse de Joseph, allume en nous l’Espérance.

Quand vient pour nous l’heure de l’incompréhension, Marie de Jérusalem, creuse en nous la patience.

Quand vient pour nous l’heure de l’intervention, Marie de Cana, donne-nous le courage de l’humble parole.

Quand vient pour nous l’heure de la souffrance, Marie du Golgotha, fais nous rester aux pieds de ceux en qui souffre ton Fils.

Quand vient pour nous l’heure de l’attente, Marie du Cénacle, inspire-nous une commune prière.

Et chaque jour, quand sonne pour nous l’heure joyeuse du service, Marie de Nazareth, Marie des Monts de Juda, mets en nous Ton cœur de servante. Jusqu’au jour où, prenant Ta main, Marie de l’Assomption, nous nous endormirons, dans l’attente du jour de notre résurrection. Amen. »

 Père Spiritain Jean-Paul Hoch

 

Prière pour tout passage

 

Seigneur Jésus, toi qui n’hésite pas à transgresser les limites

Pour guérir et pardonner,

Reste avec moi qui franchis cette porte.

Rejoins-moi, viens avec moi, chemine à mes côtés,

Ouvre-moi aux dimensions cachées de moi-même

Aux lieux obscurs de mon identité.

Accompagne mes passages.

Toi, la Porte, la force de vie, transforme-moi

Et redonne vie à ce qui me semble mort.

Par l’Esprit Saint, force créatrice, souffle, silence et don,

Ouvre-moi à l’amour du Père,

A l’amour de moi-même et des autres.

Donne sens à ma propre histoire,

Depuis le seuil que j’ai franchi quand je suis né

Jusqu’à celui de ma mort.

Amen

Marcel Durrer, chemin de résurrection, Ed. franciscaines

 

 

Adore et confie-toi

 

« Ne t’inquiète pas de la valeur de ta vie, de ses anomalies, de ses déceptions, de son avenir plus ou moins obscur et sombre. Tu fais ce que Dieu veut. Tu lui offres, au milieu de tes inquiétudes et de tes insatisfactions, le sacrifice d’une âme humiliée qui s’incline malgré tout devant une Providence austère… Peu importe que dans l’intime de toi-même tu sentes, comme un poids naturel, la tendance à te replier sur les tristesses et tes défauts… Peu importe que, humainement, tu te trouves « ratée », si Dieu, Lui, te trouve réussie, à son goût… Petit à petit Notre-Seigneur te conquiert et te prend pour Lui… Je t’en prie, quand tu te sentiras triste, paralysée, adore et confie-toi. Adore, en offrant à Dieu ton existence qui te paraît abîmée par les circonstances: quel hommage plus beau que ce renoncement amoureux à ce qu’on aurait pu être ! Confie-toi. Perds-toi aveuglément dans la confiance en Notre-Seigneur qui veut te rendre digne de Lui et y arrivera, même si tu restes dans le noir jusqu’au bout, pourvu que tu tiennes sa main toujours d’autant plus serrée que tu es déçue, plus attristée. Sois heureuse fondamentalement, je te le dis. Sois en paix. Sois inlassablement douce. Ne t’étonne de rien, ni de ta fatigue physique, ni de tes faiblesses morales. Fais naître et garde toujours sur ton visage le sourire, reflet de celui de Notre-Seigneur qui veut agir par toi et, pour cela, te substituer toujours plus à toi. Au fond de ton âme, place avant tout, immuable, comme base de toute activité, comme critère de la valeur et de la vérité des pensées qui t’envahissent, la paix de Dieu. Tout ce qui te rétrécit et t’agite est faux, au nom des lois de la vie, au nom des promesses de Dieu… Parce que ton action doit porter loin, elle doit émaner d’un cœur qui a souffert : c’est la loi, douce en somme… Quand tu te sentiras triste…, adore et confie-toi. Amen. »

 Pierre Teilhard de Chardin

 

 

C’est moi l’artiste, dit Dieu

 

« C'est moi l'artiste ! dit Dieu

Tu es mon vase d'argile !

C'est moi qui t'ai modelé, façonné,

Une merveille au creux de ma main !

Tu n'es pas encore achevé,

Tu es en train de prendre la "forme" de mon fils.

 

Voici que tu te désoles

Et que tu te désespères

Parce que tu as pris quelques fêlures au contact des autres.

 

Fêlures, éraflures, lézardes, brisures, cassures, ratures...

N'oublie pas : c'est la condition de vase.

Si je t'avais rangé dans un placard à vaisselle

Tu ne connaîtrais pas ces heures de la vie

Mais tu ne servirais à personne !

Tu serais un vase inutile !

 

Moi, dit Dieu, j'aime les vieux vases,

Un peu usés, un peu ébréchés.

Ils ont tous une histoire !

Et toi tu te voudrais lisse comme un nouveau-né ?

 

Je te connais, ô toi que j'ai façonné, pétri avec tant d'amour !

Et je ne voudrais pas que tu te désoles de tes ratés !

Tu es fait de boue et de lumière !

Tu es fait pour servir !

 

C'est moi l'artiste dit Dieu

Et je me m'y connais dans l'art de reprendre un vase !

Laisse-toi faire ! »